La naturopathie

Le corps nous parle

 En naturopathie, on considère que chacun est responsable de sa santé.

Les maladies ne sont pas des désagréments, mais bel et bien des signaux qui nous indiquent que quelque chose ne fonctionne pas bien, et qu’il y a un message à percevoir, pour nous faire prendre conscience qu’une attitude ou une croyance est erronée. Le but est de comprendre ce message et de mettre en place les actions nécessaires pour la libération des énergies d’autoguérison.

La santé est envisagée comme un tout, on parle de pratique holistique : le corps et l’esprit dépendent l’un de l’autre, et l’on ne peut traiter l’un sans soigner l’autre.

Fondements et pratiques de la naturopathie

 

Les fondements de la naturopathie s’inspirent des travaux d’Hippocrate, célèbre médecin grec qui fonda l’école de COS, une des premières écoles de médecine, et que l’on considère comme le père de la médecine.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), considère la naturopathie comme la 3ème médecine traditionnelle après la médecine ayurvédique et la médecine traditionnelle chinoise.

Les 5 piliers de la naturopathie

La naturopathie est à la fois une science et un art pour garder ou retrouver la santé. Elle s’appuie sur cinq grands piliers :

  1. Le vitalisme  
    C’est l’expression du potentiel d’énergie vitale de l’organisme, que l’on retrouve dans d’autres approches sous le nom de Prana, Qi ou Ki. La vie est envisagée comme l’union entre l’énergie vitale et la matière, contrairement aux approches scientifiques basées sur les lois physico-chimiques. Il existe un « souffle de vie » qui anime notre corps et notre psychisme et qui régit les fonctions de l’être. Pour être en bonne santé, cette vitalité est essentielle.
    Il ne peut y avoir d’évolution positive au niveau de la santé que sur un être qui a suffisamment d’énergie vitale. L’enjeu est donc de mettre en place des techniques pour que chacun puisse retrouver sa vitalité.
  2. L’humorisme  
    C’est la discipline qui s’intéresse aux humeurs, c’est à dire les liquides corporels que sont le sang, la lymphe et les liquides interstitiels. Notre corps est composé de 70% de ces liquides qui représentent une unité. Le bon fonctionnement de nos organes dépend de l’activité de ces humeurs. La naturopathie permet un accompagnement des processus biologiques dans le respect de la qualité des humeurs visant le juste équilibre. Dans ce cadre, on va s’intéresser à diminuer les surcharges, c’est à dire limiter l’apport de toxines et toxiques divers, et éviter les carences, en rechargeant le corps avec des acides aminés, des acides gras essentiels, des vitamines, des oligo-éléments, enzymes etc.
  3. Le causalisme
    En naturopathie, on essaie de comprendre quelles sont les raisons des dysfonctionnements. Le naturopathe recherche les causes, et ne se focalise pas sur le symptôme. Il s’intéresse à la façon de vivre, aux émotions, soucis, difficultés rencontrées tout en repérant les erreurs qui peuvent être à l’origine du problème, et tente d’y remédier en restaurant les lois biologiques.
  4. L’hygiénisme 
    La santé est un équilibre qui nécessite une bonne hygiène alimentaire et corporelle, avec des contacts réguliers avec les éléments naturels : air pur, eau, terre, Soleil, etc. Le naturopathe aide à revenir vers un mode de vie plus simple, plus sain, plus proche du milieu naturel en choisissant les aliments adaptés, en ayant recours à certains compléments alimentaires, en faisant de l’exercice physique et surtout en ayant une bonne hygiène mentale qui passe par une bonne gestion du stress et des émotions, des comportements qui vont générer de la réussite et de l’ épanouissement.
  5. Le holisme 
    C’est le fait d’envisager la personne dans sa globalité en considérant les aspects physique, énergétique, mental et aussi l’environnement familial, professionnel, socioculturel, dans lesquels la personne évolue. Le tout est bien supérieur à la somme des parties comme l’exprimait Aristote.


Les 10 pratiques

Pour mener à bien les cures j’ai recours à différentes pratiques que sont :

  • l’alimentation avec la diététique, la nutrition, les cures saisonnières, les jeûnes
  • la psychologie  en utilisant la relaxation, la gestion du stress,la sophrologie ou bien en cultivant une hygiène relationnelle, ou en ayant recours à des psychothérapies
  • les exercices physiques  tels que la gymnastique douce, la culture physique, le yoga, le stretching, la danse, les arts martiaux, le vélo, la natation, etc.
  • l’hydrologie  : c’est l’utilisation de l’eau sous toutes ses formes : chaude, froide, tiède, alternée, locale, générale, en interne, en externe, sous forme de douches, de bains, de sauna, de soins de thalassothérapie et de cures thermales.
  • la phytothérapie en utilisant les plantes
  • l’aromatologie ou l’utilisation des huiles essentielles
  • les techniques manuelles : ce sont des massages non médicaux de type californien, coréen, Amma, onctions aromatiques
  • les techniques réflexes appliquées au pied, à l’oreille, au nez, dos, comme le shiatsu ou la réflexologie
  • les techniques respiratoires empruntées au yoga, aux arts martiaux : Bol d’air Jacquier, ionisations, etc
  • les techniques énergétiques telles que le magnétisme, la luminothérapie